Les viaducs

En septembre et novembre 1913, afin de poursuivre la ligne de chemin de fer "Saint-Héand-Pélussin" pour rejoindre le bourg de Maclas et de desservir les communes de Roisey et Bessey, des projets de viaducs ont été prévus sur Pélussin.

Le premier ouvrage, situé peu après la gare, avec une grande arche de plus de 50 mètres d’ouverture (58 mètres pour un premier projet, réduit à 55 mètres par la suite).

viaduc2.jpgLui succédait, presque à la suite, le viaduc de Charavine, à 8 arches de 10,20 m. Les travaux furent exécutés de 1915 à 1917.
Devant la pénurie de main d’œuvre - mobilisation oblige - le ministère de la guerre avait octroyé à l'entreprise Mercier des prisonniers de guerre allemands, dont quelques uns participèrent à l’édification de celui-ci, au côté du peu d’ouvriers qualifiés restant dans l’entreprise. 

Ce projet avait été approuvé, sous réserve que le granit employé à la construction de ces deux ouvrages offre une résistance à l’écrasement d’au moins 500 kg par cm2. La description de ces deux ouvrages était ainsi faite, en 1917, lors de la visite de préouverture de la ligne en direction de Maclas :


viaduc3.jpgViaduc de Pélussin

  • En maçonnerie de moellons d’appareil et de mortier de ciment.
  • Longueur 170,80 m.
  • Largeur au niveau de la plinthe : 3.80 m et entre garde corps 4 m.
  • Arche centrale en anse de panier, de 55 m d’ouverture et de 25 m de montée. Hauteur au-dessus du ravin 45 m.
  • Deux voûtes d’élargissement et 10 arches (6 côté Pélussin, 4 côté Maclas) de 10.20 m d’ouverture, avec piliers et tympans en maçonnerie et voûtes en béton de ciment.
  • Deux trottoirs de 1.60 m en alignement droit.
  • Pente vers Maclas de 0.030 m par mètre.

viaduc4.jpgViaduc dit "de Charavine" sur le ruisseau "Le Charantonnet"

  • Viaduc en maçonnerie de moellons tétués, avec pierrement façon mosaïque.
     
  • Huit arches plein cintre, de 10.20 m d’ouverture, longueur 93.38 m.
     
  • Largeur : 3.40 m au niveau des plinthes et 4m entre garde corps.
     
  • En courbe de 150 m de rayon, rampe vers Maclas de 0.030 m par mètre.

Les viaducs cesseront leur utilité avec l'arrêt d'exploitation du petit chemin de fer départemental, appelé "La Tacot" ou "la Galoche".

Depuis, ils sont devenus un lieu de promenade agréable qui permet d’apprécier aussi bien le point de vue sur le Pilat que sur la vallée du Rhône et les Alpes.

viaduc5.jpg viaduc6.jpg